C’est quoi la « slow cosmétique » ?

Vous l’avez peut-être déjà remarqué : je parle souvent dans mes articles de la « slow cosmétique ». Les produits proposés dans la boutique Relax’ Papillon et ceux que j’utilise dans ma pratique professionnelle (certaines huiles de massage par exemple) sont par ailleurs pour la plupart porteurs de la mention « Slow Cosmétique ».
Alors, concrètement, de quoi s’agit-il?

Comme je le dis souvent, le fait d’éplucher les étiquettes pour savoir si je peux utiliser un produit les yeux fermés ou non fait partie des choses qui m’agacent …

C’est pourquoi j’aime pouvoir me reposer sur des labels fiables, éthiques. Et c’est en me renseignant sur les labels existants que j’ai découvert l’association SLOW COSMETIQUE, sa mention, son concept … Et je suis sûre que comme moi, vous aussi vous allez l’adorer !

Les origines

Le « père » de la notion slow cosmétique et de ses principes s’appelle Julien KAIBECK. Cet homme enseigne la cosmétique et l’aromathérapie en France et en Belgique (à noter que l’association Slow Cosmétique à l’origine de la mention et de la charte est basée en Belgique justement).
Inspiré par le mouvement « slow » qui a le vent en poupe depuis quelques années (slow parentalité, slow business, slow management…) et qui appelle à un retour à l’essentiel et à la simplicité, Julien KAIBECK a décidé de promouvoir aussi le slow dans le domaine des cosmétiques.

Le but ? Inciter les gens à prendre un peu plus de temps pour eux tout en utilisant des produits de qualité, moins nombreux et plus efficaces (car adaptés et naturels).
Car entre les ingrédients potentiellement nocifs pour l’environnement et l’organisme, le suremballage, l’incitation à l’achat (qui fait que nos placards débordent de produits à peine entamés) et les conditions de fabrication limites (en matière d’exploitation animale notamment), le domaine des cosmétiques ne fait pas franchement figure de bon élève dans l’univers de l’éco-responsabilité et de l’éthique au sens large !

Les piliers

La slow cosmétique, c’est avant tout un mouvement qui milite pour un autre mode de consommation en matière de cosmétiques :

  • une consommation plus raisonnée – consommer moins et mieux en trouvant une routine beauté épurée, adaptée, qui respecte l’environnement et notre organisme
  • une consommation saine et naturelle – consommer des produits éthiques, sains, dont même le packaging est étudié pour avoir le moins d’impact possible sur l’environnement
  • des acteurs impliqués de part et d’autre – acheteurs, producteurs des matières premières, distributeurs, fabricants (des produits et du packaging)… Car la slow cosmétique c’est aussi de la transparence de part et d’autre quant à la formulation des produits, leurs origines, leurs propriétés (pas de fausses promesses qui incitent à consommer toujours plus mais une information incitant à consommer mieux)

Les principes de la slow cosmétique reposent ainsi à la fois sur la consommation des produits cosmétiques, sur leur mode de fabrication (y compris celui de leurs emballages éventuels), sur les ingrédients utilisés et sur le marketing.

Parmi les fabricants de produits « slow », on trouve souvent des sociétés artisanales, familiales, tournées certes vers le bio et le respect de l’environnement mais qui cherchent aussi à avoir un impact positif sur le développement social et local en fonction de leur taille: partenariat avec des entreprises de travail adapté, favoriser les acteurs et producteurs locaux, adopter une réelle politique sociale et éthique au sein même de l’entreprise etc.

Ce que vous ne trouverez pas dans les cosmétiques portant la mention slow

Pas besoin de scruter les étiquettes si vous optez pour la mention slow cosmétique car les ingrédients nocifs sont bannis dans la composition de ces produits :
– pas de produits de synthèse ou issus de la pétrochimie (adieu les silicones, les paraben, les huiles minérales etc),
– pas d’additifs chimiques
– pas de substances irritantes.

Pour la réalisation de cosmétiques sains et efficaces, on privilégie les matières premières naturelles telles que les plantes aromatiques, les minéraux et les huiles végétales, issus de l’agriculture biologique de préférence bien évidemment.

S’attacher à l’essentiel, laisser de côté le superflu

Ce qu’il faut retenir, ça n’est pas que les produits cosmétiques sont futiles. On peut tout à fait être dans une démarche slow et aimer se maquiller tous les jours !
En revanche, on évitera d’acheter un tas de produits inutiles, inadaptés à nos besoins et à notre nature sous prétexte que le packaging est sympa et qu’on nous promet des miracles.

Il est important de prendre soin de notre peau car c’est l’organe le plus étendu sur notre corps. C’est elle qui protège l’ensemble de l’organisme des agressions extérieures (coups, UV, température, pollution…) et qui permet à notre corps d’éliminer une partie des toxines. Mais il est important d’en prendre soin comme il faut, en répondant réellement à ses besoins et de façon efficace.

S’accorder du temps

Le passage à la slow cosmétique n’est pas forcément aisé. Nous avons été habitués à des produits aux fragrances et aux textures particulières (purement artificielles malheureusement) et il nous faut nous « désintoxiquer » (dans tous les sens du terme…).

Notre corps doit lui aussi s’habituer à ces changements : pour ma part, j’ai eu bien du mal à trouver un shampooing qui me convienne !

Il est donc important de bien se renseigner avant d’acheter un produit (ne pas acheter un savon adapté aux peaux sèches si on a une peau grasse à imperfections par exemple) et de lui laisser le temps de faire ses preuves (sur plusieurs semaines) avant de décréter qu’il ne nous convient pas.

Il ne faut pas oublier cependant de se faire plaisir en choisissant des fragrances, des textures, des formules qui nous conviennent. Il n’est pas obligatoire de passer complètement aux cosmétiques solides et aux produits sans parfum pour avoir une attitude slow. L’important est d’opter pour des pratiques et pour des produits (et des marques) « intelligents » pour prendre soin de soi vraiment tout en se faisant plaisir !

 

Pour en savoir plus sur l’association belge qui a fait du mouvement slow cosmétique un véritable label avec une Charte, des partenaires etc. c’est par ici !

Laisser un commentaire